Édito n° 119 : Flash Patrimonial de Septembre

Article rédigé le 30 Août, 2021

 

Chers Clients, Chers Partenaires, Chers Amis.

 

Retrouvez désormais l’actualité patrimoniale chaque mois dans notre édito.


Euro numérique

 

 

L’essor des crypto-monnaie, tel que le bitcoin, ainsi que la digitalisation des moyens de paiement, accéléré par la crise sanitaire a conduit la Banque Centrale Européenne (BCE) réfléchir à une monnaie numérique. Ainsi l’euro digital ou e-euro a vu le jour et va faire l’objet d’une expérimentation de 2 ans dès octobre 2021.

L’enjeu est d’assurer une certaines traçabilité pour lutter contre les actes illicites tout en respectant la vie privée de chacun. Ainsi cette monnaie pourrait être effective d’ici 2026.

Concrètement, l’euro numérique serait l’équivalent des billets en euros mais sous forme dématérialisée. Ce nouveau moyen de paiement « combinerait l’efficacité d’un instrument de paiement numérique et la sécurité d’une monnaie de banque centrale”. Chacun pourrai posséder un compte auprès de la BCE qui pourrait être plafonné pour éviter de concurrencer les autres moyens de paiements. Il est même envisagé de taxer les sommes au-dessus des plafonds!

A suivre…

 

 

Crédit d’impôt :  bornes de recharge

La volonté des pouvoirs publics de verdir le parc automobile se traduit cette année par la mise en place d’un crédit d’impôt pour l’installation de bornes de recharge pour véhicule électrique dans votre logement. Il peut s’agir de votre résidence principale ou secondaire, que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit.

Le crédit d’impôt est de 75 % du montant des dépenses engagées, acquisition et/ou pose, à partir du 1er Janvier 2021, sans pouvoir dépasser 300 € par système de charge.

Nota :  le coût d’équipement moyen est de 450 € TTC mais les systèmes de charges rapides avoisineront les 1 500 € TTC.

Le système de charge doit répondre à certaines caractéristiques techniques, qui viennent d’être précisées par un arrêté publié le 11 août dernier.

Ce coup pouce s’applique aux équipements répondant à certaines normes techniques, telles que le type de prise. Assurez vous donc que votre borne réponde aux directives auprès de votre fournisseur.

 


Investir en Pinel optimisé au déficit foncier

 

L’investissement en loi Pinel est la décision d’augmenter son patrimoine tout en bénéficiant d’un beau coup de pouce fiscal. On pense à tort que cela est réservé à l’achat de logement neuf.  Or, il est tout à fait possible d’appliquer la loi Pinel aux immeubles anciens avec des travaux de rénovations correspondants aux exigences de la loi. Ainsi, vous obtenez une réduction fiscale relative à votre investissement dans l’achat du bien mais vous pouvez aussi déduire l’ensemble des travaux et générer ainsi du déficit foncier. L’optimisation au déficit foncier permet de maximiser le levier fiscal.

 

Les déficits fonciers sont déductibles du revenu global  dans la limite annuelle de 10 700 €. L’excèdent éventuel vient s’imputer sur vos revenus fonciers. Le surplus est reportable :

  • durant 6 ans de l’ensemble de vos revenus
  • durant 10 ans de vos seuls revenus fonciers.

Seuls les intérêts d’emprunt seront exclusivement déductibles de vos revenus fonciers.

A noter que quel que soit le type d’investissement que vous faites, L’imputation des déficits fonciers suppose que l’immeuble concerné soit mis en location jusqu’au 31 décembre de la 3ème année qui suit l’imputation.


Ma retraite en dur

 

Votre complément de revenu à la retraite peut-être préparé de différentes manières. L’une des solutions est l’investissement dans la pierre, investissement préféré des français.

L’immobilier collectif c’est par ici.

 

 

Produits structurés

 

Pour tout ceux qui se sont sentis une âme d’investisseur surtout en ces périodes de confinement, voici pour répondre à vos questions sur les produits structurés, un livre blanc en partenariat avec Primonial qui vous expliquera tout les détails de cette classe d’actif :

livre blanc produits structurés.

 


Dépendance

 

D’après les données du Ministère de la Solidarité et de la santé, , le nombre de personne en situation de dépendance devrait augmenter de manière très significative dans les années à venir : seront concernées 20 000 personnes supplémentaires par an d’ici 2030, et 40 000 personnes de plus par an entre 2030 et 2040

Ainsi la fondation Concorde a recherché les solutions pour faire face aux conséquences financières du vieillissement de la population. En effet, une grande partie de la population aura du mal (et a déjà du mal) à faire face aux dépenses générés par l’état de dépendance en terme de soins, d’accompagnement et de logement (Ephad).

Ainsi, la fondation préconise 2 pistes. La première consisterai à mettre en avant les options dépendances contenus dans les différents contrats tel que le PER (Plan d’Epargne Retraite) ; la deuxième serait une adhésion obligatoire à un contrat d’épargne dépendance. Ce dernier serait adossé au contrat collectif santé et à la complémentaire santé solidaire. A suivre…


Nous restons à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

Patrimonialement vôtre.