Meffre Patrimoine

Edito n° 127 : Flash Patrimonial de Mai

Edito n° 127 : Flash Patrimonial de Mai

Date de publication : 2 mai 2022

Chers Clients, Chers Partenaires, Chers Amis.

 

Retrouvez désormais l’actualité patrimoniale chaque mois dans notre édito.

 


2nd quinquennat de Monsieur Macron : ce qui devrait changer

  • Fiscalité des droits de succession :  Le barème des droits ne devrait pas être modifié, par contre, les abattements dans le cadre familial devraient être augmentés. Ainsi les enfants bénéficieraient d’un abattement de 150 000 € au lieu des 100 000 € actuels et les petits-enfants, enfants du conjoint et neveux et nièces se verraient gratifier d’un abattement de 100 000 €. Nous ne savons pas à l’heure actuelle si ces abattements concerneraient aussi les donations.

 

  • Retraite : l’âge de la retraite serait progressivement repoussé jusqu’à 65 ans, en allongeant la durée de cotisation de 4 mois par an pour ceux nés à partir de 1969. Bien sûr, la pénibilité et les carrières longues devraient permettre un départ anticipé. Dans le même temps, il y a une vraie volonté à simplifier les conditions de cumul emploi-retraite. Mais nous savons déjà que cela soulèvera de nombreux débats !

 

  • Imposition : Les couples vivant en concubinage pourraient avoir la possibilité de faire une déclaration commune ; Pour tous, la redevance télévisuelle devrait être supprimée.

 

  • Prime Macron : celle-ci devrait être triplée dès 2023 et les entreprises de plus de 11 salariés qui distribuent des dividendes se verraient dans l’obligation d’en reverser une partie aux salariés.

Déclaration d’impôt : versement épargne retraite PER

Les versements que vous opérez sur vos contrats PER peuvent être déductibles de vos revenus si vous avez choisi cette option.  Le montant des primes déductibles correspond au montant brut versé dans l’annéesans tenir compte des frais d’entrée. A cet effet, votre organisme gestionnaire doit vous faire parvenir une attestation fiscale, montant à reporter en case 6 NS.

Bien sûr ces primes sont déductibles dans la limite de votre plafond d’épargne retraite. Cette information est disponible en dernière page de votre avis d’imposition de l’année précédente mais peut-être aussi retrouvée en case 6 PS si vous avez déjà effectué des versements. Vous avez ainsi la possibilité de le corriger si le calcul est erroné. Par contre, il est impératif de vérifier, voire de remplir cette case, dans le cadre d’un mariage, d’un Pacs, d’un divorce, séparation ou décès du conjoint.

Ce plafond sera aussi minoré par les versements que vous avez pu faire sur d’autres contrats retraite (PERCO, Article 83…). Ainsi les sommes versées sur les autres plans doivent être déclarés en case 6QS.

S’il s’avérait que ce plafond n’était pas suffisant, vous pouvez demander à bénéficier du plafond de votre conjoint (case 6QR).

 

Nota : si vous ne résidiez pas en France les 3 dernières années, vous pouvez néanmoins obtenir un plafond d’épargne minimum en cochant la case 6QW.

 

De quoi bénéficier d’une belle réduction fiscale pour ceux qui sont sur une tranche marginale d’imposition élevée.


Zoom sur les différents types de gestion d’un contrat

 

La gestion de vos contrats épargne, retraite, actions…peut être confiée à des professionnels de la finance qui prendront des décisions pour vous. Cela permet d’avoir une gestion active pour ceux qui n’ont pas le temps de gérer par eux-mêmes.

Ainsi, on distingue 3 grandes familles de mode de gestion destinées à vous simplifier la vie :

 

  • Gestion pilotée :

Cette gestion permet de sécuriser progressivement votre capital au fur et à mesure que votre objectif de « sortie » s’approche. Elle est généralement utilisée dans les contrats d’épargne retraite. En effet, lorsque votre projet est long terme, vous pouvez vous permettre de prendre plus de risque sur votre capital afin d’aller chercher du rendement. Mais à l’approche de votre retraite, vous souhaitez avoir plus de garanti sur le capital acquis et prenez moins de risque. C’est une gestion collective dont le rentabilité varie en fonction du profil donné (prudent, équilibré, dynamique). Cette gestion n’est pas forcément pertinente dans un contexte de fluctuations des marchés. En effet ;  la sécurisation est enclenchée quel que soit le contexte (haussier ou baissier), et peut donc empêcher de profiter du prochain retour à la hausse.

 

  • Gestion déléguée (ou sous mandat)

Le professionnel investit dans des valeurs en fonction des objectifs qui lui sont définis. Il prend bien sûr en compte votre durée d’investissement mais aussi des objectifs annuels de performance et de risques acceptés. C’est aussi une gestion collective mais qui va s’adapter aux marchés, permettre de saisir des aubaines pour aller chercher la meilleure performance. L’inconvénient réside dans le fait que les arbitrages sont collectifs quelque soit votre date d’entrée sur le contrat. Il faut donc éventuellement attendre plus d’un an pour voir les bénéfices d’une telle gestion.

 

  • Gestion discrétionnaire

Aussi connue sous le nom de gestion sous mandat individualisée, celle-ci permet, comme son nom l’indique, de définir une stratégie qui vous est propre. Ainsi, il n’y aura aucun arbitrage de masse et tout est fait dans votre intérêt unique par un gestionnaire dédié en fonction de votre entrée sur les marchés. C’est donc la gestion idéale mais ce type de gestion réclamera a minima un placement initial de 250 000 à 1 000 000€ suivant les professionnels.

 


Exonération des plus-values immobilière : vente d’un bien

La vente d’un bien immobilier générant une plus-value est imposable. La résidence principale est bien sûr exemptée mais les autres immeubles subissent la taxation sauf exception.

Il est ainsi possible de bénéficier de cette exonération lors de la première cession d’un logement autre que la résidence principale en vue de l’acquisition de sa résidence principale.

 

Les conditions :

  • Être un particulier domicilié en France
  • Céder pour la première fois un logement affecté à l’habitation (un logement pas un immeuble avec plusieurs logements) détenu en pleine propriété
  • Ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale au cours des 4 dernières années
  • Remployer le prix de vente dans les 24 mois de la vente pour acquérir ou construire un logement affecté à la résidence principale.

 

Si les conditions sont relativement simples à remplir, il faut surtout s’assurer de la mise en œuvre. En effet, le remploi des sommes devra impérativement être mentionné dans l’acte notarial lors de la vente du bien mais aussi lors de l’achat de la résidence principale. Il ne faudra pas non plus omettre de déclarer pour autant le montant de la plus-value sur sa déclaration 2042 C.

 

 

 

Adoption : avantages & conséquences

Depuis le 23 février dernier, les possibilités d’adoption ont été assouplies. En effet, il est désormais possible pour les partenaires de Pacs et les concubins d’adopter.

Les conditions nécessaires sont aussi plus légères puisque seulement 1 an de vie commune suffit , contre 2 ans auparavant, et l’âge minimum requis est passé de 28 ans à 26 ans.

 

Il existe 2 sortes d’adoption qui auront des conséquences en matière successorale :

  • Simple : l’adopté garde des liens avec sa famille d’origine et hérite donc de ses « 2 familles ». Il sera donc un héritier réservataire aussi pour les parents adoptifs et leurs descendants. Par contre il ne bénéficiera pas d’une taxation favorable en matière de donation sauf exception ( l’adoption de l’enfant du conjoint en est une)
  • Plénière : l’adopté rompt tout lien de filiation ou juridique avec sa famille d’origine. Il n’hérite donc que de sa famille adoptive et bénéficiera, en tant qu’héritier réservataire, des abattements consentis aux enfants naturels.

 

D’un point de vue fiscal, l’enfant adopté sera rattaché au foyer fiscal et ainsi le quotient familial sera majoré. L’ensemble des réductions et des crédits d’impôt seront alors accessibles : garde d’enfant, scolarité… Bien sûr, il en est de même d’un point de vue social, où le couple d’adoptants pourra bénéficier de l’ensemble des prestations sociales.

 

 


Comment Investir à tout âge

Nous vous proposons avec notre partenaire privilégié Primonial un nouveau livre blanc « investir à tout âge ». Grace à dix études de cas, ce livre blanc revient sur les principales problématiques financières et patrimoniales que peut rencontrer une famille. De quoi vous permettre de comprendre et de réfléchir mais sans que cela puisse remplacer une étude patrimoniale complète incluant vos droits sociaux et matrimoniaux.

 

Livre blanc investir à tout âge


Nous restons à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

Patrimonialement vôtre.

Partager cet article

close
Norbert Meffre vous souhaite la bienvenue.

Inscription Newsletter

Abonnez-vous à notre lettre d'information et recevez les meilleurs éditos de gestion de patrimoine

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Norbert Meffre

Les commentaires sont fermés.

Le service digital qui vous simplifie la vie.

Identifiant

Mot de passe